www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 03

Vous êtes actuellement : Dossiers Syndicaux  / CARTE SCOLAIRE  / CARTE SCOLAIRE 2014 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 avril 2014

CTSD du 08/04/2014 | Déclaration de la FSU

8 avril 2014

Les représentants des syndicats de la FSU à ce CTSD voteront contre les propositions du DASEN concernant la carte scolaire dans le 1er degré et les dotations des collèges.

Dans les écoles primaires, il se confirme que la volonté affichée par le ministère de refonder l’école avec une priorité au primaire n’aura pas fait illusion bien longtemps, dans notre département en tout cas.
Le retrait de 9 postes - 11 en fait en tenant compte des moyens provisoires de l’an dernier non reconduits cette année - est déjà grave mais le choix brutal de fermer 19,25 classes amplifie considérablement sa portée négative.

Pour la deuxième année consécutive, nous sommes injustement écartés des promesses nationales en ne recevant pas de dotation positive en termes d’emplois. Que nous vaut ce traitement de défaveur ? Une situation idéale, des conditions d’apprentissage des élèves et d’exercice des enseignants privilégiées, des taux d’encadrement confortables, des écoles bien dotées ?

À maintes reprises, nous sommes intervenus pour apporter un éclairage différent sur la situation dans notre département : manque de moyens de remplacement et difficultés à assurer la continuité du service public d’éducation au quotidien, baisse des aides spécialisées aux élèves en difficulté du fait de la destruction des réseaux d’aides, classes surchargées par endroit.
C’est la raison pour laquelle nous avons aussitôt dénoncé la dotation académique (+ 16 postes) avant même d’en connaître la ventilation départementale : pour nous, il était évident que les moyens alloués ne suffiraient pas à satisfaire les besoins de tous les territoires et que les promesses d’une autre orientation pour l’école resteraient vaines à la rentrée 2014.

Pourquoi, en dépit d’une hausse d’élèves attendue à la rentrée 2014, devrions-nous faire plus avec moins ? Comment le ferions-nous ? La hausse démographique n’est-elle pas en soi une raison suffisante pour acter une autre dotation ? Fermer des classes parce qu’il le faut bien et parce qu’on le fait tous les ans est devenu une ritournelle inacceptable.
Il faut en finir avec cette logique de suppressions d’emplois insupportable !
Aujourd’hui, les élèves du département, comme leurs enseignants, ont besoin d’être entendus et valorisés. L’école ici aussi doit être refondée, comme elle doit l’être partout.
Les propositions d’ouvertures en lien avec les dispositifs de la loi de refondation se feront grâce à des fermetures de classes et ceci, nous ne pouvons pas l’accepter. Comme nous n’acceptons pas non plus le choix laissé aux représentants des personnels de cibler les priorités dans ce cadre contraint, le dialogue social n’étant pas un marché de dupes.

Dans les collèges et SEGPA, il y a en réalité stagnation de la dotation départementale et du nombre d’heures postes et hausse des heures supplémentaires atteignant 6,5% des horaires, aucune augmentation de moyen en SEGPA et une division en moins : c’est la poursuite de l’érosion dans la continuité, conduisant à la hausse des effectifs par divisions et à des suppressions de divisions qui impacteraient gravement plusieurs petits collèges, tels que Doyet, Dompierre, Jaligny, Lapalisse, Le Donjon.

Concernant la méthode, répétons que l’annonce faite par M. le DASEN en groupe de travail le 3 avril selon laquelle il interrogerait les représentants des personnels sur les choix d’ouvertures à faire, sur la base des 19,25 fermetures et cela très largement aux fins d’affichage de la mise en œuvre des priorités ministérielles, ne relève pas d’une véritable négociation mais d’une conception du "dialogue social" dans laquelle les organisations syndicales doivent participer à la mise en œuvre des décisions ministérielles et administratives, ce qui n’est pas leur rôle ni leur raison d’être.
Le choix de ne pas réunir le CTSD dans la période des élections municipales a fait que la proximité du groupe de travail et du comité technique interdit le nécessaire travail de réflexion et d’information auprès des écoles, et a réduit à la portion congrue toute discussion sur les collèges en prétendant ne pas pouvoir revenir sur le cadre fixé fin janvier, ce qui aurait évidemment été possible et nécessaire s’agissant par exemple de décisions aberrantes comme pour le collège du Donjon, où les effectifs réels de 6°, justifiant le maintien de 2 divisions, sont parfaitement connus depuis le début.
Force est de constater qu’en matière de "dialogue social" la situation est plus mauvaise dans notre département aujourd’hui que sous la précédente législature !

Un nouveau ministre est nommé à l’Éducation Nationale, en même temps qu’est réaffirmé le cap de la politique de restriction budgétaire appelée «  pacte de responsabilité  ». C’est en réalité d’un plan de rattrapage dont le département de l’Allier a besoin dans les écoles et dans les collèges.

Pour l’ensemble de ces raisons, les représentants des syndicats de la FSU voteront contre les propositions soumises à ce CTSD, en souhaitant un vote unanime de tous les représentants syndicaux rendant possible une reconsidération sérieuse et réelle de celles-ci lors du prochain CTSD, dont la tenue doit évidemment précéder celle du CDEN à moins que le choix fait soit d’afficher ouvertement que toute concertation est superflue.

Yzeure, le 8 avril 2014

 

17 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 03
42 rue du Progrès
03000 MOULINS

tel/fax : 04 70 44 38 32

snu03@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 03 , tous droits réservés.