www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 03

Vous êtes actuellement : Commissions paritaires (Comptes-rendu)  / CTSD 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 novembre 2014

CTSD du 20/11/2014 | Déclaration de la FSU

20 novembre 2014

Déclaration de la FSU au CTSD du 20 novembre 2014

Lors de son déplacement dans l’Allier vendredi dernier, Mme la ministre, d’après le journal la Montagne, a annoncé que la convention en cours de discussion entre l’Inspection d’Académie, le Conseil général et les associations d’élus serait appliquée, comme si la décision était déjà prise.

Après discussion dans chacun de ses syndicats nationaux, la FSU de l’Allier affirme :

  • qu’un éventuel moratoire sur les suppressions de postes serait à l’évidence le résultat des mobilisations récentes, après de nombreuses suppressions, mais qu’on ne peut s’en satisfaire : ce sont des créations de postes qui sont nécessaires, dans les écoles et dans les collèges, notamment pour la reconstitution des Rased, pour des moyens supplémentaires de remplacements, pour abonder le dispositif "plus de maîtres que de classes" en particulier dans les écoles en Éducation Prioritaire, Éducation Prioritaire qui doit être maintenue et étendue et non pas concentrée et affaiblie, et pour de bonnes conditions d’études pour tous les enfants.
  • que nos responsabilités d’organisation syndicale indépendante et représentative nous interdisent de nous associer à l’élaboration d’un schéma d’aménagement du territoire scolaire qui nous intégrerait peu ou prou à la mise en oeuvre de choix politiques qui ne relèvent que de la responsabilité des élus nationaux et de État.
  • que la démarche consistant à faire assumer par les élus locaux la mise en oeuvre diversifiée des choix politiques et budgétaires nationaux, passant notamment par des regroupements d’écoles et des mises en réseaux, est porteuse d’inégalités territoriales, et de gros dangers concernant le caractère national, public et laïque du service public d’éducation.

Enfin, les rapprochements évidents que l’on peut faire entre le projet de convention en son état actuel et la réforme territoriale nous conduisent à rappeler ceci : l’enseignement public doit pour nous rester fondé sur un enseignement primaire dans le plus grand nombre possible de communes et un enseignement secondaire de proximité, ses unités de base étant les écoles, collèges et lycées, et non d’éventuels territoires de projet adossables à des intercommunalités et dont la mission publique serait de plus en plus définie par un projet pédagogique territorial propre, plutôt que par les programmes nationaux.

Nous défendons un service public d’Éducation ambitieux qui doit répondre aux besoins des élèves en respectant les professionnels qui le font vivre, et non aux objectifs de réduction des dépenses publiques rendues soit-disant nécessaires par la dérive financière de choix économiques et fiscaux que nous contestons. Nous poursuivrons donc, en toute indépendance envers l’État et ses représentants avec lesquels nous souhaitons avoir des négociations et des discussions plutôt que d’être associés à l’application de conventions, protocoles et autres contrats locaux, l’action pour nos revendications portant sur les créations de postes nécessaires et sur les mesures permettant un équipement égal et amélioré de toutes les écoles dans leurs communes.

Moulins, le 20 novembre 2014

 

14 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 03
42 rue du Progrès
03000 MOULINS

tel/fax : 04 70 44 38 32

snu03@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 03 , tous droits réservés.