www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 03

Vous êtes actuellement : Commissions paritaires (Comptes-rendu)  / CTSD 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
7 avril 2015

CTSD du 07/04/2015 | Déclaration de la FSU

7 avril 2015

Déclaration de la FSU 03 motivant le vote :
CONTRE la proposition de carte scolaire
présentée au CTSD le 3 avril 2015

Les décisions de carte scolaire dans le premier degré pour la rentrée 2015 intègrent le gel des postes au niveau départemental, conséquence des mobilisations de l’année dernière ayant conduit conseil général et administration à une tentative de contractualisation refusée par une majorité d’élus locaux et de syndicats. Mais sous ce gel, apparaît la même logique comptable, laquelle ne peut pas être satisfaisante, encore moins à l’heure où on prétend donner plus de moyens à l’école et à l’éducation prioritaire.

Nous avons en effet affaire à la suppression effective de 14 postes et décharges de direction (hors restructurations d’écoles), alors qu’à l’inverse les ouvertures réelles ne concernent que 4 postes ! Les autres ouvertures viennent combler les besoins d’allègement pour le REP+, ou officialiser des ouvertures provisoires de postes existant déjà cette année...
En bref, on enlève de la main droite ce qui a été donné par la main gauche ! Cela n’est pas acceptable !

Il est en particulier à craindre que la logique d’abandon progressif des petites écoles rurales qui ferment dès qu’une baisse d’effectif, même ponctuelle, se produit, logique que dessinait le projet de convention actuellement suspendu, se poursuive dans cette carte scolaire. A l’inverse, on n’ouvre pas, même si les effectifs remontent et frôlent la trentaine, parce qu’ « on n’a pas les moyens ».

Pour la FSU 03 et le SNUipp-FSU 03, c’est là la confirmation de la supercherie que représente cette convention, en plus des risques inhérents à la notion de contractualisation qui s’oppose à l’idée même d’une éducation Nationale assurant un traitement égal de tous les citoyens et de tous les territoires.

L’école publique dans l’Allier n’a pas besoin d’un « équilibre », mais de créations de postes, en particulier de remplaçants. Il n’en est pourtant rien. Et ce n’est pas la création de 6 postes de remplaçants pour le REP+ qui viendra inverser ce constat. D’autant que, de l’aveu même du DASEN, 9,5 postes seraient nécessaires pour couvrir les besoins du REP+ : on peut donc d’ores et déjà prévoir des difficultés supplémentaires de remplacements !

Pour rappel, sur la seule période du 5 janvier au 6 février, ce sont 533 journées cumulées où la continuité du service public d’éducation n’a pas été assuré !
Au moment même où se tient ce CTSD, parents d’élèves de l’école maternelle Arc-en-Ciel de Lapalisse et élus occupent l’école, avec le soutien du SNUipp-FSU 03, pour protester contre le manque de moyens de remplacement : une classe a été laissée sans enseignant pendant 5 semaines ! La FSU exige le remplacement immédiat de ce collègue.  On peut enfin s’interroger sur l’avenir des « super-écoles fusionnées » de centre-ville, finissant par avoir la dimension de petits collèges, et dirigées par des directeurs dont on apprend cette année qu’ils seront recrutés par « poste à profil », donc hors barème... uniquement sur le choix de l’administration.
On voit déjà les problèmes que fait naître cette logique : l’augmentation du nombre d’élèves et donc des difficultés pouvant en découler. Une animation de grosses équipes enseignantes avec un positionnement ambigu de ces directeurs. Mais aussi et surtout l’abandon de la notion d’école de quartier, sécurisantes pour les enfants et pour la population de par leur taille proportionnée qui permet d’identifier les adultes et bon nombre de camarades.
On peine au contraire à voir les aspects positifs pour le « bien-être de l’élève », thème pourtant cher à la communication de l’Education Nationale, en dehors du simple bénéfice comptable par les économies que ces fusions permettront de réaliser pour les collectivités locales confrontées aux baisses de dotations.

Enfin, la FSU 03 et l’ensemble des syndicats qui la représentant au CTSD, SNUIPP, SNES, SNEP et SNUACTE, tiennent à préciser que leur vote contre la proposition de carte scolaire dans le premier degré pour la rentrée 2015 doit aussi s’entendre comme un vote de protestation contre la dégradation de la concertation et des possibilités d’intervention données aux représentants des personnels en ce qui concerne les collèges.
Le CTSD a été réuni longtemps après la tenue des CA des collèges, le document sur la répartition des dotations n’a été fourni que très tard aux représentants du personnel, et surtout les conditions de concertation concernant les postes en collège se sont fortement dégradées avec leur centralisation rectorale.
Il serait nécessaire que dès l’année prochaine, un groupe de travail collèges du CTSD se tienne au mois de janvier, et ait connaissance des propositions de répartition des dotations. Il serait aussi nécessaire que les groupes de travail du CTA sur les postes soient réellement départementaux, ce qui nécessiterait leur réunion dans les départements et ceci sur un temps de réunion décent.

Telles sont les raisons de notre vote contre le projet de carte scolaire 2015.

Yzeure, le 7 avril 2015

 

18 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 03
42 rue du Progrès
03000 MOULINS

tel/fax : 04 70 44 38 32

snu03@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 03 , tous droits réservés.