www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 03

Vous êtes actuellement : L’école  / PROGRAMMES  / PROGRAMMES DE 2008  / Réactions de chercheurs, mouvements  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
2 mars 2008

Parution des « nouveaux programmes de l’école primaire »

Réaction de l’AGEEM

L’Association Générale des Enseignants des Ecoles Maternelles publiques étudiera dans le détail le projet de texte intitulé « Les nouveaux programmes de l’école primaire » soumis à consultation et fera part de son analyse détaillée de professionnels de terrain.

Toutefois, nous souhaitons, dès à présent nous exprimer sur quelques points qui nous semblent déterminants :

Ces programmes proposent une nette évolution de l’école maternelle conséquence d’un changement de regard sur l’enfant. Ce « nouveau » regard occulte l’accueil de l’enfant et sa maturation psychologique et affective en se centrant de façon totale et quasi exclusive sur l’élève ; pour preuve : le domaine d’activités « vivre ensemble » disparaît au bénéfice de « devenir élève » comme si la prise en charge de ces élèves en tant que jeunes enfants n’était plus un objectif important.

Ce changement d’objectif est encore plus évident si l’on compare les finalités posées à l’école maternelle dans ce texte : « permettre à l’enfant de devenir autonome pour s’approprier les connaissances afin de réussir les apprentissages fondamentaux » et les termes des programmes de 2002 « l’objectif de l’école maternelle est de permettre une une première expérience scolaire réussie » Nos premières lectures nous révèlent un changement complet de perspective, l’école maternelle apparaissant à nos yeux très sélective et réductrice. Quel enfant sera reconnu dans cette école ?

Autre rupture majeure : la disparition effective des cycles et l’apparition de son corolaire, des progressions annuelles.

Nous nous interrogeons également sur le changement de nature et de fonction de l’évaluation telle qu’elle est évoquée dans le préambule des nouveaux programmes pour l’école primaire L’évaluation devient sommative et doit permettre un bilan des acquis des élèves, elle est aussi « outil de comparaison des effets des pratiques pédagogiques, outil de mesure des résultats des écoles » donc de classement des écoles. L’école maternelle est-elle concernée par cette mutation dans laquelle nous ne pouvons nous reconnaître ?

La scolarisation des enfants de 2 à 3 ans est rayée d’un trait de plume comme le mot « accueil » qui disparaît de ce texte. La fonction d’accueil de l’école maternelle disparaît-elle, la prise en charge des tout petits, jusqu’ici prioritaire dans les quartiers difficiles est-elle abandonnée ? Si oui quelle alternative sera envisagée ?

Tous ces points posent en fait la question de l’ambition retenue pour l’école maternelle française et pour les enfants qui lui sont confiés ? Tous les enfants auront-ils encore leur place tels qu’ils sont dans notre école maternelle ?

Pour toutes ces raisons nous exprimons notre grand étonnement en l’absence de réactions et commentaires des médias et partenaires sur ces propositions concernant l’école maternelle. Tout se passe comme si ce texte était ressenti comme ne contenant ni proposition d’évolution, ni modification quant à ce premier niveau de l’école. L’AGEEM jouera tout son rôle pour mettre en évidence en quoi ces programmes correspondent en fait à un important changement de perspectives vis-à-vis duquel elle exprime des craintes et des doutes.

Lucile Barberis – Présidente nationale de l’AGEEM

 

18 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 03
42 rue du Progrès
03000 MOULINS

tel/fax : 04 70 44 38 32

snu03@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 03 , tous droits réservés.