www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 03

Vous êtes actuellement : Divers  / Publications  / Bulletin académique du SNUipp-FSU (03, 15, 43 et 63) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
27 juin 2017

Déclaration du SNUipp-FSU 03 au CTSD du 27 juin

A peine nommé, le nouveau ministre de l’Education Nationale a multiplié les annonces. Ainsi, à deux mois de la rentrée et sans aucune évaluation ni des rythmes avec 5 matinées d’école ni des dispositifs PDMQC, il décide de bouleverser les organisations des écoles. On marche…oui mais sur la tête !

Ainsi les classes de CP en REP+ doivent compter 12 élèves. Nous nous félicitons certes que l’impact de la baisse des effectifs sur la réussite des élèves soient enfin reconnu ! Nous portons cette évidence depuis longtemps. Cependant, organisée à moyens constants et pour les seuls CP de Rep+, celle-ci entraîne, contrairement à ce que pourrait laisser croire la lecture des propos de Mme le Recteur dans la Montagne d’hier, la suppression des Plus de Maîtres que de Classes dans ces mêmes REP+ ainsi que la suppression de 2 postes de psychologues scolaires et 1 de maître rééducateur dans notre département. Non seulement on ne peut ignorer l’impact de ses suppressions sur l’organisation des écoles, l’aide aux élèves en difficultés et les conditions d’apprentissage pour les élèves des autres niveaux mais elles font fi de tout le travail fourni par les équipes pour construire leurs organisations autour des PDMQC ! Quant à l’élargissement de cette nouvelle mesure à tous les CP et CE1 de REP à la rentrée prochaine, il crée de nouvelles inquiétudes quant à la carte scolaire mais aussi aux locaux disponibles ! Les PDMQC nous avaient pourtant semblés requérir toute l’attention de la Directrice Académique ces dernières années !

Ce n’est pas de redéploiement dont nous avons besoin mais de postes en nombre suffisant pour assurer partout des baisses d’effectifs et pour tous les niveaux depuis la maternelle, pour développer les PDMQC dont les enseignants sont satisfaits, pour compléter les Rased, pour assurer tous les remplacements.

Quant à la remise en question dans l’urgence des rythmes scolaires, elle ne répond en rien à l’intérêt de l’enfant ni aux attentes des enseignants. On est très loin de se préoccuper de la fatigue des enfants ou encore de la qualité de leurs apprentissages. Cette précipitation apparaît comme source d’iniquités nouvelles dont l’impossibilité de remettre en cause les horaires des transports scolaires si près de la rentrée est un facteur supplémentaire ! Le retour à 4 jours ne concernera finalement que quelques écoles à la rentrée dans notre département. Pour autant, le décret Blanquer, ce n’est pas un simple retour à ce qui se faisait avant mais une nouvelle étape du désengagement de l’Etat en matière d’éducation. Sous Sarkozy on a supprimé des cours, sous Hollande on a mis sur les communes une mission publique sensible, sous Macron on autorise celle-ci à la mettre en œuvre ... ou pas !

Cela en sachant que les aides financières de l’Etat vont cesser ... Si des souplesses doivent être possibles, l’absence de cadrage national, l’indépendance des écoles et des mairies sur ces sujets, et bientôt sur d’autres, c’est l’organisation de la fin du service public, c’est l’inégalité, ce n’est certainement pas l’intérêt des enfants.

Celui-ci serait que le temps de prise en charge par l’Education Nationale s’allonge, indépendamment des horaires devant classe des personnels, de façon égale sur tout le territoire. C’est à l’Etat d’assumer avec équité et responsabilité l’Education.

 

11 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 03
42 rue du Progrès
03000 MOULINS

tel/fax : 04 70 44 38 32

snu03@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 03 , tous droits réservés.