www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 03

Vous êtes actuellement : Actu 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
7 décembre 2017

Concours de dessin à l’école à la gloire de la Députée et de son mouvement politique, c’est TOUJOURS NON !!

Mise à jour !

Article publié sur le site de la FSU 03 (Cliquez-pour ouvrir)

Dans notre compte-rendu rédigé hier après le Conseil Départemental de l’Education Nationale, nous nous fondions sur les propos de M. le Préfet pour vouloir considérer que l’incident était clos. Celui-ci semblait d’ailleurs y tenir. Nous n’avions donc nullement l’intention de "remettre une pièce dans la machine". MAIS ...

JPG - 214.8 ko

Mais, dans la Montagne de Vichy de ce jour, les propos de Mme la député sont rapportés comme suit :

" Sous le feu des critiques de gauche, Bénédicte Peyrol regrette « ce champ lexical antidémocratique, antirépublicain », et appelle « à la retenue des échanges qui peuvent se tenir. Les mots ont un sens, un poids historique et ils ne sauraient tout justifier ». Et de s’expliquer.

Sur la forme d’abord, « il s’agissait d’une simple proposition de participation, sans ordre ou obligation. » Sur le fond, ensuite. Sur le thème destiné aux primaires, « il s’agissait ni plus, ni moins, que de faire dessiner une députée en tant que femme élue, et non en tant que Bénédicte Peyrol. » Pour les secondaires, elle s’interroge : « Il est dorénavant impossible d’accoler marche à la préposition “en”. Est-ce que le terme “les républicains” doit être constamment rattaché au parti politique éponyme ? »

Si elle regrette « une forme qui a pu entraîner, par manque d’information, différentes lectures possibles », la députée l’assure, « ce concours sera maintenu. »

Le lauréat ou la lauréate verra son dessin se retrouver sur la carte de vœux de la parlementaire, et sera invité(e) à Paris pour visiter l’Assemblée nationale."

Résumons :

- 1. Mme la députée appelle à la "retenue" en retournant les termes "antidémocratique" et "antirépublicain" vers certains de ses critiques. Passons. Pour notre part, en toute retenue, nous affirmons que la question posée est celle de la liberté de conscience des élèves dans le service public, et relève donc de la laïcité.

- 2. Ce n’était pas un "ordre" mais une participation facultative. Outre que la faconde des invitations, notamment de la lettre aux maires, s’apparente bien à une injonction feutrée, le problème n’est pas là. Il est demandé de faire faire "librement" aux enfants et élèves une oeuvre de nature politique et partisane.

- 3. Le contenu est bel et bien politique. "Dessine moi une députée en bleu blanc rouge" pour faire la carte de voeux de Mme la députée, pour les petits - ce qui renvoie évidemment à la députée existante -, et inspirez vous de la citation de référence du fondateur d’un parti politique, pour les ados. Rien à voir avec le droit d’accoler "marche" et "en" : c’est en l’occurrence la responsable politique "en marche" qui prétend faire plancher les élèves sur son slogan, point barre !

- 4. Et pour finir Mme la députée persiste et signe. S’il ne nous appartient pas d’être gênés qu’un ou une lauréat(e) visite l’Assemblée nationale avec elle, le fait qu’elle ou il aura gagné cela ... sur temps scolaire et sur une sollicitation de nature politique pose un grave problème.

A MOINS que ce concours maintenu se déroule désormais en dehors de tout cadre scolaire, auquel cas nous n’avons rien à en dire, mais il conviendrait de le préciser au plus vite car rien ne l’indique !

Si cette pratique fait jurisprudence, alors les sollicitations "facultatives" et "libres" ... des sponsors privés, des clubs de ceci ou de cela, des partis politiques, des églises ... pourraient être mises en oeuvre au choix des écoles et établissements sollicités ?

Ce n’est pas possible.

La FSU va donc s’adresser aux organisations laïques et démocratiques du bassin de Vichy pour discuter des réaction auxquelles semble nous contraindre Mme la députée.

-------------

Article initial du 2 décembre

Le 20 novembre dernier, les mairies de toutes les communes de la 3ème circonscription de l’Allier recevaient un courriel de la part de Bénédicte Peyrol, Députée.

Voici la reproduction de ce courriel : (Cliquez sur le document pour l’ouvrir)

PDF - 36.6 ko
Mail de l’attachée parlementaire de Bénedicte Peyrol

Vous ne rêvez (ou cauchemardez...) pas  : Il est bien demandé dans ce mail aux mairies de transmettre aux enseignants un concours visant à faire réaliser aux élèves des écoles publiques de la république le dessin qui ornera la carte de vœux de Madame la Députée !

Alors vous vous dites, on exagère quand même, un petit concours de dessin c’est gentil, c’est mignon, il ne faut pas voir le mal partout, hein ? Mais bon vous le savez, les syndicalistes sont des « névrosés aux passions tristes »...

Alors regardons de plus près les précisions de Madame la Députée concernant les modalités du concours. (Cliquez sur le document pour l’ouvrir)

PDF - 72.7 ko
Concours carte de voeux parlementaires

Pour les écoles primaires le sujet est : « dessine-moi une député en bleu blanc rouge ! »

J’imagine ce que vous pensez à nouveau : il n’est pas écrit « dessine-moi Madame Peyrol »... Mais bon imaginez le Père Noël demandant : « dessine-moi un personnage féérique offrant des cadeaux ».... Mais qui cela peut-il bien être ???

La thématique est donc claire à défaut d’être excplicite : il ne s’agit pas d’un travail autour de la république, de la démocratie, ou d’un quelconque travail en lien avec une démarche d’éducation civique. Non, le travail se résume à dessiner un portrait à la gloire d’une élue politique.

Mais le clou du spectacle arrive !

Pour le secondaire : « il s’agira de traduire de manière graphique la citation suivante :

« Voyez-vous dans la vie, il n’y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer, et les solutions les suivent. », Antoine de Saint-Exupéry, Vol de nuit.

Un élément de langage en lien avec un parti politique s’est glissé mystérieusement dans l’énoncé : saurez-vous le retrouver ?

Les esprits les plus aguerris et entrainés auront remarqué que par un heureux hasard mais totalement fortuit, la citation choisie contient le nom du mouvement politique de Madame la Député. Et de ce fait la citation sous-entend donc qu’en dehors des « forces en marche » il n’y a pas de solutions...

On demande donc aux enfants des écoles de la Républiques de dessiner pour expliquer qu’en dehors des forces de la majorité présidentielles, point de solutions !

Mais comme c’est mignon...

On attend donc avec hâte les concours organisés pour les élèves des autres circonscriptions dans le reste de la France avec par exemple :

- Dessine-moi une France forte contrôlant les migrations
- Dessine moi une planète verte sans nucléaire
- Dessine-moi une planète libérale et une concurrence libre et non faussée
- Dessine moi la 6ème République insoumise
- ….

Non ?
Vous trouvez ces propositions choquante ? Nous aussi. Comme la première, en fait.

Nous avons une proposition de thématique bien plus pédagogique pour Madame la Député :

« Dessine-moi une école de la République laïque et neutre »


Petit rappel : Les principes fondamentaux du service public de l’éducation

 Le système éducatif français est régi par des 3 grands principes :
- Gratuité
- Laïcité
- Neutralité
Ils sont rappelés dans le préambule de la Constitution du 4 octobre 1958, un texte à valeur constitutionnelle, dont l’énoncé souligne la responsabilité de l’État en matière d’éducation :
"La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture."
"L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État."
Le principe de neutralité du service public est le corollaire du principe d’égalité devant la loi consacré par la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen. Aux termes de l’article VI, la loi étant l’expression de la volonté générale, elle "doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse".
Le service public doit par conséquent être assuré avec neutralité, c’est-à-dire sans considération des opinions politiques, religieuses ou philosophiques des fonctionnaires ou des usagers. Le principe de neutralité s’impose aux autorités administratives et à leurs agents. Il implique pour ceux-ci de n’agir, dans le cadre de leurs fonctions, qu’en vertu de l’intérêt général, sans tenir compte de leurs opinions ou d’intérêts particuliers. Le service public de l’éducation doit répondre à l’intérêt général et aux missions qui lui sont dévolues en respectant le principe de neutralité dans toutes ses dimensions : neutralité politique, neutralité religieuse, neutralité commerciale.

A la suite immédiate est écrit : Interdiction des pratiques commerciales

La publicité est interdite dans l’enceinte de l’école. Ni les enseignants, ni les élèves ne doivent servir, directement ou indirectement, à quelque publicité commerciale que ce soit.

Nous ne saurions donc recommander à l’équipe de Madame la députée un chargé de communication ou un graphiste compétent dans notre circonscription pour réaliser ses cartes de vœux parlementaires. Nous sommes persuadés que la circonscription regorge de talents qui lui donneront pleine satisfaction.

Mais pour le SNUipp-FSU 03, nous refusons catégoriquement que les élèves et les enseignants des écoles publiques de la circonscription soient associés à une opération de propagande politique, quelle que soit son origine.

Nous refusons de participer à ce pseudo-concours qui n’a pas sa place dans l’école de la République et appelons tous les enseignants à le refuser également.

 

9 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 03
42 rue du Progrès
03000 MOULINS

tel/fax : 04 70 44 38 32

snu03@snuipp.fr

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 03 , tous droits réservés.